Kêr Ys, la légende de la cité engloutie 3


Kêr Ys, la cité légendaire engloutie.

légende de la ville d'Ys, Kêr YsKêr Ys (ville d’Ys en breton) est une cité légendaire située dans la baie de Douardenez qui a été engloutie par l’Océan. Si cette légende est une des plus connues en Bretagne, c’est également une des légendes qui a connue le plus de transformations et de versions différentes. Comme beaucoup de légendes, elle a été christianisée en Bretagne, mais la légende de Kêr Ys a également été au coeur d’affrontements entre conteur et écrivains d’une part, qui ont fait évoluer la légende avec des version très modernes, aux chercheurs d’autre part qui cherchent l’origine de ce mythe très ancien.

Quelle est donc la vraie légende de Kêr Ys ?

La seule réponse qui puisse mettre tout le monde d’accord est qu’on ne sait pas. Cette légende, comme la plupart des légendes en Bretagne, fait partie du patrimoine oral qui a été transmis de générations en générations sans trace écrite pendant des siècle, cette transmission a nécessairement entraîné des évolutions de cette légende, et les premières traces écrites peuvent elle mêmes être très éloignées de la légende originelle.

Quelles sont les grande lignes de la légende de Kêr YS ?

Le Roi Gradlon règne sur la ville d’Ys, il a une fille, Dahud, qui est au coeur de l’engloutissement de la cité légendaire, et deux saints (Gwenole et Corentin) sont aux côté du roi Gradlon. La Ville d’Ys déchaîne la colère de Dieu qui décide d’engloutir la cité légendaire, Dahud y décèce avec tous les habitants, sauf le roi Gradlon et les deux saints, qui fonderont tous les trois la ville de Kemper (Quimper).

Combien de versions différentes existe t’il de la légende de Kêr Ys ?

Beaucoup trop pour qu’on les cite, sans compter toutes les versions transmises par les conteurs à l’oral, il existe des dizaines de versions écrites pour certaines très éloignées de l’idée qu’on se fait du mythe original. La première version date du 15ème siècle, mais ne serait pas pour autant la plus proche du conte breton original. Voici deux versions parmi les plus intéressantes dans cette variété des versions :

Livaden Geris dans le recueil de Théodore Hersart de La Villemarqué, Barzaz Breiz

Dans son ouvrage, le Barzaz Breiz, La Villemarqué a collecté un patrimoine de chants populaires très important pour la culture bretonne, il a contribué à marquer le renouveau de la transmission orale des légendes de Bretagne.

-> Lire la version de la légende de la ville d’Ys de La Villemarqué

La légende de Ker Ys, Guy de Maupassant dans la revue “Le Gaulois”.

Lors de ses nombreux voyages, Guy de Maupassant notait dans ses carnets le déroulement de ses voyages et les témoignages qu’il recueillait. C’est ainsi que lros de l’un de ses voyages en Bretagne, il se fit conter une version de l’histoire de la ville d’Ys.

-> Lire la version de la légende de la ville d’Ys de Guy de Maupassant

En savoir plus sur cette légende de la ville d’Ys

Un étudiant en Lettres modernes, Yvonnick Pongérard Cosquer, a réalisé le mémoire de son Master sur ce sujet. Ce mémoire est assez complet et il synthétise assez bien les problèmes autour des différentes version de cette légende bretonne. http://ker.morigan.free.fr/Cours/MASTER/Ys.pdf

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Kêr Ys, la légende de la cité engloutie