40 Expressions et insultes en breton 29


Les insultes et injures en breton.Comme dans toutes les langues, le breton est très riche d’insultes, jurons, injures, et expressions fleuries plus ou moins vulgaires. Pourtant on les apprend peu en cours de breton, et c’est bien dommage.

Même si les insultes ne sont (heureusement) pas utilisées dans toutes les conversations, il est important de les comprendre car cela fait partie du langage courant, et beaucoup de ces expressions font partie de l’esprit de la langue.

Impossible bien sûr de toutes les lister, mais nous allons commencer avec une liste d’insulte en breton les plus courantes.

Au fait, les insultes se disent « Kunujennoù » en breton.

Les jurons et insultes en breton « classiques »

Gast ! Putain !
Gast ar c’hast ! Putain de putain !
Tri mil c’hast Trois mille putains
Mab gast / Mab ar c’hast Fils de pute.
Kaoc’h ! Merde !
Sac’h Kaoc’h Sac à merde
Torr-penn Casse-tête (Un casse-pieds)
Torr-revr Casse-cul (Un casse-couilles)
Tud amoedet Des imbéciles
Genaoueg(ez) ! Imbécile !
Genou bras Grande gueule
Serr da veg Ferme ta gueule
Kacher, Kac’herez Chieur, Chieuse
Lonker(ez) Ivrogne
Vil evel ur revr Moche comme un cul
Gastaouer Un putassier (homme qui fréquente les prostituées)

Bête comme un âne en breton, Sot evel un azen.Les animaux

Les noms d’animaux donnés aux hommes et aux femmes ne manquent pas, si certains peuvent être positifs (« Ur marc’h labour » pour un bon travailleur, « Ul louarn » pour quelqu’un de rusé), la grande  majorité d’entre eux ne sont pas très flatteurs pour les humains.

« Yann al leue » sera par exemple « Yann Le veau« , c’est à dire l’idiot.

Le veau, l’âne, le cochon, la truie, la poule, autant d’animaux qui ne seront pas des compliments dans la bouche de quelqu’un parlant breton…

Leue, Paourkaezh leue ! Veau (idiot), Pauvre veau (pauvre bênet, idiot)
Azen, Azen gornek Âne, Âne cornu
Gwiz kozh Veille truie
Pemoc’h lous Sale porc
Ober e gazh gleb Faire son chat mouillé (être un bel hypocrite)
Ur giez Une chienne (une prostituée)
Ur vleizez Une louve (une méchante femme, ou une prostituée)
Ul labous kailh Un oiseau canaille (Un petit voyou, terme affectueux pour un enfant)
Loen vil Animal laid
Loen brein Animal pourri
Koz yar Vieille poule (poule mouillée)
Amprevan Insecte (vermine, Scélérat)

Bête comme …

Un grand classique là aussi, dans toutes les langues, bête comme ses pieds, bête comme un âne… « Yann zo sot evel un azen » signifiera que le pauve Yann est bête comme un âne. En breton aussi, la bêtise ne manque jamais de comparaisons pas toujours très justifiées pour l’animal en question.

Sot evel ur penton Bête comme une cuve
Sot evel ur bailh Bête comme un poux
Sot evel ur baner Bête comme un panier
Sot evel ur maen-fornell Bête comme une pierre plate (celle mise au fond de la cheminée)
Sot evel ur c’hwil-derv Bête comme un hanneton
Sot evel ur banezenn Bête comme un « panais » (« Panezenn » veut dire panais, mais on l’utilise aussi pour désigner les Léonards et les imbéciles)
Sot evel un azen Bête comme un âne
Sot evel ur gazeg Bête comme une jument
Sot evel ur Gwenedour Bête comme un vannetais
Sot evel Merlin Bête comme Merlin
Sotoc’h eget ma botez kleiz Plus bête que ma chaussure gauche (qui est elle même plus bête que la droite c’est bien connu).

Les insultes bretonnes.Et pour terminer, une expression bretonne que j’aime bien et qui colle parfaitement au thème :

Ar re mezv a zivezv, met ar re sot na zizodont ket.

Les gens souls déssoûlent, mais les idiots restent idiots.

Connaissiez-vous toutes ces insultes ? Les avez-vous déjà utilisés ou entendus ?

Dites-moi dans les commentaires ci-dessous, et n’hésitez pas à ajouter les vôtres.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

29 commentaires sur “40 Expressions et insultes en breton

  • Anne-Marie Le roy

    Bonsoir,
    Impossible de trouver la signification et l’écriture de  » Mallar toui » cependant combien de fois ai je entendu cette expression avec ma grand-mère ?!!
    Pourriez vous m aider, merciii

    • Tudual

      Mallar/mallac’h toui est la prononciation locale de mallozh Doue, malédiction de Dieu, avec un zeste de déformation pour ne pas vexer Dieu ou ses employés (cf français Morbleu pour Mort Dieu)

  • Valérie Fortier

    Mon père qui a passé sa jeunesse à Brest disait souvent une expression en breton qui, je suppose était une sorte de juron ou d’insulte, il n’a jamais voulu nous en dire la signification.

    C’est  » malesendou nik è Tom a ère louss »
    Malesendou, on croit savoir mais le reste?
    Est ce que quelqu’un reconnaîtrait?

    (J’ai retransmis à l’écrit comme je me souviens de l’avoir entendu mais évidemment, ce est pas les bons mots)

    Merci!

    • Culture Bretagne Auteur de l’article

      Ce n’est pas évident, la fin pourrait être quelque chose du genre « eo tomm e revr lous » (son sale cul est chaud)
      Et du coup la première partie serait le sujet, mais là j’ai du mal à voir phonétiquement…

      Peut-être que quelqu’un d’autre visualisera mieux le sens possible.

  • Bouzendorffer

    Bonjour, je souhaiterais traduire cette phrase (le hameau d’en haut), (la maison au loin ) et (le jardin d’en haut) breton début 20ème, des années 60 et celui que l’on parle à ce jour… Merci d’avance et attend avec impatience votre retour

  • Jérôme Cadio

    Bonjour,
    Excellent !! Vous avez la traduction de colbouet ?
    Je ne sais pas comment ça s’écrit exactement !! Je sais que c’est en rapport à la nourriture et que c’est plus ou moins une insulte
    Merci

    • Eikthyrnir Odinson

      Ha? Klevet az poa an tro-lavar e giz-se? Me pa e vezen ur bugel ne gomzen ket brezhonge. Ma vammoù-gozh kentoc’h. Lennet meus en tu bennak « Bezan sot kenañ evel ur bigouter » ha me zo bigouter…

  • AUTRET CLAUDE

    je viens de vous découvrir je vis dans un ehpad ou mes compagnons de table se complaisent à parler breton, ayant quelques notions de base je m ‘immisce dans la conversation mais mes lacunes sont nombreuses n ‘ayant retenu ce que mes parents ne voulaient pas que l ‘on comprenne à la maison, les enfants sont de nature curieuse et tendent l oreille et comprennent, donc tous les jours je pratique et je me dis que c’est en forgeant que l ‘on devient forgeron, votre aide est précieuse avec un seul regret , les insultes et les allusions graveleuses tout en faisant partie intégrante de notre patrimoine linguistique font florès , la place à l ‘amabilité et à la courtoisie serait la bienvenue, le breton est galant il sait faire preuve d ‘amabilité meme si parfois il dit qu’ il dit qu ‘il ne pleut que sur les cons en bretagne, merci de m ‘avoir lu et kenavo

  • oldup

    Bonjour,
    je suis à la recherche pour un texte d’une traduction en bon breton.
    J’ai tenté ma chance sur un site spécialisé, mais je me suis fait envoyé sur les roses. Le superviseur refusant de traduire des insultes… j’indiquais qu’il s’agissait d’un enfant à qui son instituteur interdisait de parler breton dans la cour de récréation, qui lui répondait (phrase à traduire) « Sale français de merde. » je suis arrivé à une approximation « Kaoc’h a lous gall ! » mais j’aurai préféré ne pas faire de faute.

    Merci de votre aide.