Mariage breton, les mariage traditionnels hors normes en Bretagne


Après l’article sur les traditions de mariage breton qu’il est toujours possible de suivre aujourd’hui, nous allons cette fois-ci nous plonger dans les mariages hors normes tels qu’ils étaient pratiqués traditionnellement en Bretagne. Les mariages traditionnels bretons ont gardé toutes leurs spécificités jusqu’au début du 20ème siècle, mais à partir de 1920 l’évolution des fêtes a fait perdre et disparaître de nombreuses traditions et originalités bretonnes.

Nombre d’invités hors normes

Nous en avions déjà parlé précédemment, les noces en Bretagne pouvaient atteindre jusqu’à 5000 invités. A l’époque, un mariage considéré comme “modeste” se faisait malgré tout en présence d’une centaine d’invités. Ce nombre d’invités qui nous semble hors normes aujourd’hui, donnait lieu à des usages bien spécifiques pour l’organisation de telles fêtes.

Il arrivait ainsi que les invités paient leur repas, soit en donnant une certaines somme fixe pour les différents repas, soit on faisait passer un récipient où chacun déposait une participation libre. Il était également possible que les invités, amis, et voisins des mariés, offrent des présents alimentaires (beurre, volailles, lait, saucisses…), les enfants collectaient alors la veille ces présents.

“Pep hini a balo he skoden”
(Chacun bêche sa tige, Chacun se cotise pour payer sa part)

Les cuillères de noces

cuilleres-bois-anciennes-bretonnesAvec autant d’invités, la logistique posait problème, comment avoir suffisamment de couverts pour tous ? Une tradition bretonne consistait à ce que chaque invité apporte lui même ses couverts. Les couverts en questions étaient sculptés dans du bois pendant les longues soirées d’hivers précédant les mariages.

Les cuillères faisaient ensuite office de cadeau aux jeunes mariés, certaines pouvaient être très soignées, avec un décors peints ou sculpté, que ce soit des fleurs, des entrelacs, ou encore des symboles religieux.

Salles gigantesques

mariage-breton-traditionnel

Quand nous nous sommes mariés avec ma femme, nous avions plus d’une centaine d’invités. Autour de chez nous en Bretagne, les lieux pouvant accueillir plus d’une centaine d’invités étaient rares, mais au delà de 400 invités c’est quasiment mission impossible.

Sur cette photo d’époque vous pouvez voir la solution la plus courante qui était utilisée. On creusait des tranchées en guise de bancs (deux tranchées se faisant face), la terre ainsi creusée était disposée entre les deux tranchées, et des planches de bois faisaient ensuite office de table.

Les repas de l’époque étaient “pantagruéliques” pour reprendre l’expression des voyageurs étrangers qui découvraient ces mariages bretons, la nourriture et les boissons y étaient en abondance.

Les Mariages collectifs

Les mariages collectifs étaient très fréquent dans le monde rural. Ils permettaient principalement de réduire les coûts financiers qu’engendrait un mariage, surtout lorsque deux membres d’une même famille se mariaient en même temps (des sœurs par exemple).

Le plus souvent, il s’agissait de mariages à deux ou trois couples, mais certains exemples vont bien au delà. En 1895, Plougastel a vu se célébrer 45 mariages le même jour, c’est le record connu à ce jour.

Le lancer de pièces

lancer-de-pieces-mariage-bretonDans certaines familles aisées, une coutume consistait à jeter des pièces en l’air lors de la sortie de l’église. Les mariés, ou parfois les filles et garçons d’honneur, lançaient des pièces de monnaie que les enfants ou les mendiants se précipitaient de récupérer.

Les enfants ou les mendiants pouvaient aussi quémander quelques pièces en interrompant le cortège qui partait de la maison de la future mariée, pour aller au lieu de noce en passant par la mairie et l’église.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *