Victoire pour Fañch : La Cour de Cassation a tranché en faveur du Ñ ! 2


Le prénom breton Fañch interdit à Quimper.L’affaire du petit Fañch aura fait couler beaucoup d’encre et semble enfin se terminer. Après de nombreux rebondissements, France Bleu nous annonce que la cour de Cassation vient de trancher en faveur du “Ñ” du petit Fañch.

C’est donc la fin d’une histoire incroyable, la fin d’un acharnement judiciaire de l’État français contre un simple prénom breton.

petit rappel pour ceux que cette histoire étonne…

La mairie de Quimper interdit le prénom Fañch

La circularie interdisant certains prénoms bretons.En 2017 l’affaire avait fait grand bruit, un petit Fañch était né à la maternité de Quimper le 11 mai, mais lors de l’enregistrement à l’état-civil, l’enregistrement du prénom avait été refusé aux parent à cause de l’accent sur le “Ñ”. En cause une circulaire datant de 2014 qui listait de manière exhaustive les seuls accents autorisés pour l’état-civil en France (voir la circulaire).

Gros reuz dans les chaumières en Bretagne… La pétition lancée sur Culture Bretagne avait recueillie plus de 3000 signataires en moins de 3 jours, nombreux articles de presse et des élus qui prennent tous unanimement position pour le respect de la langue bretonne dans son entièreté (typographie incluse). La mairie de Quimper avait finalement reculé et l’affaire aurait pu s’arrêter là.

L’État français persiste et assigne les parents au tribunal

L’État français avait alors décidé de s’acharner en exigeant des parents qu’ils retirent le “ñ” du prénom de leur fils, l’avocate du ministère de la justice allant même jusqu’à se plonger dans des articles de loi qui parlent de Robespierre et de la langue française, à quand le retour de la guillotine pour les locuteurs du breton.

Les parents font appel mais le parquet persiste !

Les parents avaient fait appel de la décision auprès de la cour d’appel de Rennes qui avait fini par valider le prénom Fañch dans son orthographe bretonne, là encore l’histoire aurait pu s’arrêter là… mais c’était sans compter l’acharnement de l’État français, le parquet avait alors décidé de faire appel de la décision autorisant le prénom breton.

La cour de cassation rejette le recours l’appel du parquet

Et c’est enfin la conclusion de ce feuilleton judiciaire sans queue ni tête. La cour de cassation vient donc aujourd’hui de rejeter le recours du parquet. La dernière décision en date qui autorise le petit Fañch à porter son prénom dans son orthographe bretonne est donc bien validée.

Et au fait pourquoi ce ñ ?

Dans la langue bretonne, le ñ tildé sert à indiquer que la voyelle qui le précède est nasalisée. Le ñ tildé n’est donc pas prononcé mais il entraîne une nasalisation.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Victoire pour Fañch : La Cour de Cassation a tranché en faveur du Ñ !

  • remi legouhy

    Bravo pour cette victoire ! L’Etat a été débouté et la culture bretonne peut être fière de cette victoire, qui je l’espère fera jurisprudence et permettra aux particularismes de nos régions de faire entendre leur voix !!

  • vestu

    La république a ruiné la langue bretonne; c’est donc une petite revanche sur l’éradication scélérate programmée de l’œuvre d’art qu’est cette belle langue
    Les médias français publiques font souvent l”apologie des langues minoritaires du bout du monde (parfois parlées par quelques groupes de personnes), en feignant de s’offusquer de leur disparition, alors qu’à leur porte et en leur sein, ils se sont acharnés (encore aujourd’hui) à la faire disparaître l’une des leurs