Daskor : Les Bretons ne connaissent pas la littérature bretonne


Daskor, littérature bretonne

Lancée en toute discrétion l’année dernière, l’association Daskor se révèle aujourd’hui au public après une année de travail de collectage et de numérisation de la littérature bretonne. Cette jeune association affiche une ambition aussi louable que…ambitieuse, faire connaître et reconnaître la littérature bretonne face à Voltaire, Molière…

Culture Bretagne a interrogé les membres de l’association Daskor pour en savoir plus. Sébastien Marineau, Vefa Gouraud, et Florent Grouin ont accepté de répondre à nos questions pour présenter leur projet.

Culture Bretagne : Bonjour, pour commencer pouvez-vous nous parler de votre projet ?

“Le fil conducteur de Daskor est de faire connaître la littérature bretonne.”

Logo Daskor, site littéraire breton.

Sébastien, Vefa, Florent : Bonjour, oui avec plaisir.

Daskor c’est donc une association à but non lucratif, que nous avons monté afin de collecter, numériser, et publier après correction la littérature bretonne libre de droits (Anatole Le Braz, Job Le Bayon…).

Le fil conducteur de Daskor est de faire connaître la littérature bretonne. Les ouvrage publiés sont donc accessibles gratuitement en ligne au format numérique, ou édités au format papier.

Culture Bretagne : N’y a t’il pas déjà des projets comme cela ? Je pense à Google books par exemple, ou à Gallica de la Bibliothèque Nationale de France.

“Daskor propose le contenu de ces livres au format texte, ré-écrit et corrigé à la main”

Sébastien : Pas tout à fait. Déjà pour commencer, si vous cherchez du breton sur Gallica, en dehors des cahiers d’Angela Duval (qui viennent d’ailleurs de la bibliothèque de Rennes 2), il n’y a quasiment rien. Il y en a beaucoup plus sur Google books, mais ce n’est pas la même logique de travail.

Tout ces sites proposent des images scannées de ces livres, ce qui est un premier travail d’archivage très précieux, mais ces images sont souvent peu lisibles et elles rendent le partage du texte impossible.

Daskor propose le contenu de ces livres au format texte, ré-écrit et corrigé à la main (et plus le texte est ancien, plus c’est précieux). Cela nous permet ainsi d’en ré-éditer certains ouvrages bretons, cela vous permet de les lire et les partager plus facilement, et cela permet aux enseignants en breton de copier des textes pour leurs élèves.

Logo Daskor, la littérature bretonneCulture Bretagne : A la main ? Pourtant aujourd’hui on pourrait penser que des outils informatiques pourraient simplifier le travail ?

Florent : Oui et non, vous avez aujourd’hui des logiciels (OCR) qui scannent un texte et le numérisent, mais pour des textes anciens le résultat n’est pas très bon, et je ne vous parle même pas du cas où le texte a été rédigé à la main.

Quelques fois ces outils peuvent nous aider, mais dans tous les cas nous devons entièrement repasser dessus à la main.

Culture Bretagne : Quel public visez vous ?

“En proposant à la fois des éditions gratuites en ligne, et des éditions papier, nous comptons ainsi satisfaire un maximum de public.”

Vefa : Tout public. Pour les livres en breton cela se réduira à un public bretonnant, mais cela couvre beaucoup de gens.

Depuis l’apprenant qui débute et qui cherche à lire des classiques de la littérature bretonne facilement accessibles sur internet, aux écoliers qui apprennent le breton à l’école, en passant par des enseignants d’écoles Diwan par exemple qui souhaiteraient étudier des textes avec leurs élèves, sans oublier des associations de cours du soir ou même des troupes de théâtre.

En proposant à la fois des éditions gratuites en ligne, et des éditions papier, nous comptons ainsi satisfaire un maximum de public.

Culture Bretagne : Qui publiez vous ?

Sébastien : Nous publions potentiellement tout les textes libres de droits de la littérature bretonne, ou des textes pour lesquels les auteurs ou leurs ayants-droits ont autorisé Daskor à le faire.

Actuellement, nous avons un catalogue de trentes auteurs bretons, Job Le Bayon, Prosper Proux, François Lemay, Anatole Le Braz, Ivonet Omnès, Charles Le Goffic, Yann-Ber Calloc’h, et la liste est encore longue.

Extrait du livre en breton Ar C'hemener de Daskor

Extrait du livre en breton Ar C’hemener de Daskor

Culture Bretagne : Mais uniquement de la littérature en breton donc ?

Vefa : Non pas du tout. La langue bretonne est notre priorité bien sûr, mais la littérature bretonne peut avoir été écrite en breton, en français, en latin, et même pourquoi pas en anglais.

Notre charte de publication est d’ailleurs assez large. Nous nous autorisons à publier des textes écrits par des Bretons quelque soit leur sujet, ainsi que des textes relatifs à la Bretagne, aux Bretons, à la langue bretonne.

Culture Bretagne : La question qui peut fâcher, quel breton, ou plutôt quelle orthographe ?

“Daskor peut publier en vannetais, en perunvan, en français, en orthographe universitaire…”

Florent : Absolument toutes, comme nous l’indiquons dans notre charte d’engagement Daskor ne prend pas parti sur l’orthographe bretonne.

Nous respectons l’orthographe fournie par les personnes ayant fourni le fichier, et exigeons juste que la même orthographe soit respectée tout au long d’un même texte.

Ainsi, nous n’excluons pas que le même texte puisse être publié dans l’orthographe originale, dans l’orthographe surunifiée et dans l’orthographe universitaire, et même en français pourquoi pas.

Culture Bretagne : Etes vous des professionels ?

Sébastien : Cela dépend du sens de votre question. Nous sommes une association, travaillons bénévolement, et c’est donc un travail d’amateur non rémunérés que nous proposons.

En ce qui concenre les compétences par contre, sur les trois personnes à l’origine de Daskor, l’un est un professionel de l’édition, un autre des nouvelles technologie et de la communication, et le dernier (moi) est juriste mais avant tout passionné de littérature.

Culture Bretagne : C’est gratuit ou payant ?

“Nous considérons que la littérature bretonne doit être accessible à tous et qu’elle mérite d’être diffusée auprès du plus grand nombre !”

Vefa : Gratuit ! Vous pourrez toujours consulter, télécharger, partager et imprimer les textes gratuitement sur ce site, c’est un de nos engagements.
Nous considérons que la littérature bretonne doit être accessible à tous et qu’elle mérite d’être diffusée auprès du plus grand nombre !

Nous proposons également certains livres en version papier, car beaucoup d’entre vous préfèrent encore avoir leur livre en main. Ces livres seront payants mais à une somme très modique compte tenu des coûts d’impression que nous avons.

Culture Bretagne : Pouvez vous nous parler de votre premier livre format papier ?

Couverture du livre breton Ar C'hemener édité par Daskor.

Couverture du livre breton Ar C’hemener édité par Daskor.

Sébastien : Il s’agit du livre “Ar C’hemener” (“Le Tailleur” en breton). C’est une petite pièce de théâtre comique en breton, écrite par l’abbé Job Le Bayon (de son vrai nom Joseph-Marie). Dans la littérature bretonne, le tailleur est un personnage récurrent, ça nous a semblé être la pièce parfaite à éditer. Facile à lire pour n’importe quel bretonnant, 40 pages donc très rapide à lire, c’est un premier pas parfait dans la littérature bretonne.

Culture Bretagne : Et pour conclure quelle est la suite, des projets à venir ?

“Nous savons tous que Voltaire ou Victor Hugo existe, mais qui connaît les auteurs bretons comme Job Le Bayon, Narcisse Quellien ou encore Félicité de La Mennais ?”

Florent : Plein, trop même par rapport à nos effectifs. Les Bretons ne connaissent pas la littérature bretonne, pour remédier à cela nous allons devoir en proposer en grand nombre, en breton et en français, et surtout la situer dans l’histoire.

Nous savons tous que Voltaire ou Victor Hugo existe, mais qui connaît les auteurs bretons comme Job Le Bayon, Narcisse Quellien ou encore Félicité de La Mennais ? La première priorité va donc être d’éditer rapidement en livre électronique complet et au format papier la trentaine d’ouvrages déjà disponibles sur notre site web, mais nous voulons aussi sortir des placards des œuvres inconnues, vous en saurez plus dans quelques semaines, mais nous voulons publier des textes littéraires datant d’avant le rattachement de la Bretagne à la France, qui n’ont étrangement jamais été édités en France depuis plusieurs siècles 🙂

En savoir plus sur Daskor :

  1. Le site de Daskor, pour retrouver la littérature bretonne
  2. Le premier livre édité au format électronique
  3. Le premier livre édité au format papier

Et retrouvez aussi sur culture Bretagne, l’article de Florent Grouin au sujet de la plus vieille inscription en langue bretonne publié dans la revue littéraire n°6 de Daskor.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.