Hermine bretonne 1


Hermine bretonneHistoire : L’hermine est aujourd’hui le symbole même de la Bretagne, on la retrouve sur le drapeau breton (le Gwenn ha Du), sur le logo du conseil régional de Bretagne, et sur la plupart des sites mettant en avant la Bretagne. Mais ce symbole est aussi chargé d’histoire. L’hermine est depuis 1381 le symbole officiel des ducs de Bretagne, elle a été emblématisée par Jean IV de Montfort qui créa l’ordre de la chevalerie de l’hermine. Cette ordre regroupait 25 chevaliers, il a été abolit à l’annexion de la Bretagne par Charles VIII, roi de France.

kentoc’h mervel eget bezañ saotred ” (Plutôt la mort que la souillure)

Légende : D’après la légende, un jour d’hiver où la duchesse Anne de Bretagne se promenait à cheval, elle assista à la traque d’une hermine par des chasseurs. L’animal a la fourrure blanche se retrouva acculé à une mare boueuse, et l’hermine préféra faire face aux chasseurs et à la mort, plutôt que de salir et de souiller son noble pelage blanc. La duchesse obteint alors la grâce de l’hermine et ainsi naquit l’emblême et la devise de la Bretagne. Il existe une autre version de la légende avec Alain Barbetorte, le premier duc de Bretagne qui était lui même le petit fil du dernier roi de Bretagne.

L’hermine est menacée par la chasse, et par les rongeurs empoisonés dont elle se nourrit

Biologie : L’Hermine mesure entre 20 et 30 cm avec une queue qui mesure à elle seule de 7 à 14 cm. Le poids d’une hermine varie de 125 à 440 g. La femelle est généralement plus petite et plus légère que le mâle. Son pelage est brun dessus, blanchâtre dessous, la ligne de séparation bien droite. Mais c’est en hiver que son pelage devient blanc de façon partielle ou totale (comme notre hermine de la légende), mais il peut aussi ne pas varier. L’extrémité de la queue d’une hermine reste toujours noire quelque soit la saison.

Région BretagneSymbolisme : L’hermine stylisée telle que nous la connaissons est composée du bout noir de la queue de l’hermine et de trois points noirs qui étaient les points de couture par lesquels on fixait les queues d’hermine à la fourrure.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Hermine bretonne

  • Maryvonne Cadiou

    Au rédacteur du texte.
    Bonjour
    Très intéressante cette page.
    Mais si vous m’écrivez, je vous indiquerai les fautes d’orthographe à corriger !
    Merci